Limites de la méthode expérimentale

Il faut reconnaître que la méthode expérimentale est incapable à elle seule de déchiffrer toutes les énigmes des gênes thoraciques. Ceci signifie tout simplement que la négligence ou la dissimulation d’une partie de la réalité pourrait retarder le processus de la guérison.

D’après le Docteur Alexis CARREL, la difficulté ou l’obscurité d’un sujet n’est pas une raison suffisante pour le négliger. La réalité n’est pas nécessairement claire et simple. Il faut se contenter d’observer ce qu’on ne peut pas mesurer. Nous sommes obligés de considérer dans l’homme ses différents aspects : physico-chimique, anatomique, physiologique, métapsychique, intellectuel, moral, religieux, économique, social, etc.

Chaque savant, grâce à une déformation professionnelle bien connue, s’imagine connaître l’être humain, tandis qu’il n’en saisit qu’une partie minuscule.

Aujourd’hui encore, la télépathie et les autres phénomènes métapsychiques sont considérés comme des illusions par les savants. Il faut donc, selon CARREL, revenir à l’observation naïve de nous-mêmes sous tous nos aspects, ne rien négliger, et décrire simplement ce que nous voyons. Nos techniques ne saisissent pas ce qui n’a ni dimensions, ni poids. Elles n’atteignent que les choses placées dans l’espace et le temps. Elles sont impuissantes à mesurer la vanité, la haine, l’amour, la beauté, le rêve et l’élévation vers Dieu de l’âme. Elles enregistrent facilement l’aspect physiologique et les résultats matériels de ces états psychologiques.

C’est de cette façon indirecte que la science connaît le monde spirituel, où, par définition, elle ne peut pas pénétrer. Ce ne sont pas les sciences mécaniques, physiques et chimiques qui nous apporteront la moralité, l’intelligence, la santé, l’équilibre nerveux, la sécurité, et la paix.

D’ailleurs, l’attention des chercheurs a été attirée surtout par l’aspect organique, humoral et intellectuel de l’homme. Ils n’ont pas négligé seulement sa forme affective et morale, mais aussi ses besoins esthétiques et spirituels (*).