Les piliers du traitement spirituel en Islam

Le traitement spirituel de la gêne thoracique repose sur plusieurs piliers, dont notamment :

A- Le monothéisme.

D’après Ibn Qayyim, « le monothéisme ouvre, devant le serviteur, la porte du bien, de la joie, du bonheur, du plaisir et de la réjouissance ». (*)

Allah Exalté soit-Il dit :

« Et puis, quiconque Allah veut guider, Il lui ouvre la poitrine à l’Islam. Et quiconque Il veut égarer, Il rend sa poitrine étroite et gênée, comme s’il s’efforçait de monter au ciel. Ainsi Allah inflige Sa punition à ceux qui ne croient pas » (Sourate 6. Al-Anam(les bestiaux):125).

A ce propos, la Commission des Miracles Scientifiques du Coran et de la Sunna précise ce qui suit :

« Toute fois que l'homme s'élève, la pression atmosphérique baisse et l'oxygène manque. Ce qui cause un traumatisme thoracique et une insuffisance respiratoire qui pousse à accélérer le taux de respiration, vu le besoin pressant d'oxygène que ressentent les tissus [...]. Si l'on n'arrive pas à satisfaire ce besoin [...] l'on souffre d'un trouble respiratoire aigu [...].

Les versets coraniques ci-dessus font allusion, de façon explicite, à deux vérités qui furent découvertes de nos jours par la science moderne :

D'autre part, l'expression coranique […comme s'il s'efforçait de monter au ciel…] met en exergue la peine que l'on ressent au fur et à mesure que l'on s'élève du sol. Est-ce possible que cette description minutieuse soit autre chose qu'une révélation de l'Omniscient, le Parfaitement Connaisseur ! ». (*)

B- Le contact entre le patient et le Seigneur des mondes.

Le contact entre le patient et le Seigneur des mondes est proche et direct. A ce propos, Le diplomate allemand Mourad Wilfreid HOFMANN en témoigne comme suit : « le croyant musulman s’est libéré, dès le VIIème siècle après/J, des rites de l’offrande en établissant des relations permanentes et directes avec Allah ». (*)

Dieu le Très-Haut dit :

« Et quand Mes serviteurs t’interrogent sur Moi.. alors Je suis tout proche: Je réponds à l’appel de celui qui Me prie quand il Me prie. Qu’ils répondent à Mon appel, et qu’ils croient en Moi, afin qu’ils soient bien guidés» (Sourate 2. Al-Baqarah (La vache): 186).

« Nous avons effectivement créé l’homme et Nous savons ce que son âme lui suggère et Nous sommes plus près de lui que sa veine jugulaire » (Sourate 50. Qaf :16 ).

C- La Salat

L’Islam coordonne le temporel et le spirituel dans un plus grand ensemble, et exige que toutes les actions de l’homme soient marquées par la foi en Allah et conformes à Ses commandements. C’est ainsi que payer la Zakat est un acte d’adoration d’Allah par le moyen des biens, tout comme la Salat est « adoration par corps et esprit ». (*)

Allah, à lui la Puissance et la Gloire, dit :

« Ô les croyants ! Cherchez secours dans l’endurance et la Salat. Car Allah est avec ceux qui sont endurants » (Sourate 2. Al-Baqarah(la vache) :153).

« Bienheureux sont certes les croyants, ceux qui sont humbles dans leur Salat, qui se détournent des futilités[...] » (Sourate 23. Al-Muminun (les croyants) :2-3).

« Réussit, certes, celui qui se purifie, et se rappelle le nom de son Seigneur, puis célèbre la la Salat » (Sourate 86. Al-Aala (le Très-Haut) :14-15).

« Oui, l’homme a été créé instable[ Très inquiet ] ; quand le malheur le touche, il est abattu ; et quand le bonheur le touche, il est grand refuseur. Sauf ceux qui pratiquent la Salat[…]» (Sourate 70. Al-Maarij (les voies d’ascension) :19-22).

A ce propos, Ibn Qayyim précise ce qui suit :

Il est indéniable que la prière elle-même aide à conserver la santé du corps, à dissoudre ses humeurs et ses restes, ce qui est le plus utile au corps ; de plus, elle garde la rectitude de la foi, le bonheur de la vie d’ici-bas et celle de l’au-delà.

D- La lecture du Saint Coran (lors et en dehors des prières).

Photo Saint Coran

Dieu le Très-Haut dit :

« […] et il m’a été commandé d’être du nombre des Musulmans, et de réciter le Coran » (Sourate 27. An-Naml (les fourmis) : 91-92).

«"[…] Et quiconque se détourne de Mon rappel, mènera certes, une vie pleine de gêne, et le Jour de la Résurrection Nous l’amènerons aveugle au rassemblement". Il dira : "Ô mon Seigneur, pourquoi m’as-Tu amené aveugle alors qu’auparavant je voyais ?". [Allah lui] dira :" De même que Nos Signes (enseignements) t’étaient venus et que tu les as oubliés, ainsi aujourd’hui tu es oublié" » (Sourate 20. Ta Ha : 124-126).

« Et quiconque s’aveugle (et s’écarte) du rappel du Tout Miséricordieux, Nous lui désignons un diable qui devient son compagnon inséparable. Ils[Les diables] détournent certes [les hommes] du droit chemin, tandis que ceux-ci s’estiment être bien guidés» (Sourate n°43. Az-Zukhruf (l’ornement):36-37).

« Récitez donc ce qui [vous] est possible du Coran […] »(Sourate 73. Al-Muzzammil (L’enveloppé) :20).

Le Prophète (que la Paix et la Bénédiction d’Allah soient sur lui) dit :

« Chaque fois que des gens se réunissent dans une maison d’Allah pour lire et étudier ensemble le livre d’Allah, la quiétude leur est procurée, les anges viennent les encadrer, la miséricorde leur est accordée, et Allah les mentionne devant Son entourage ». (*)

Le Noble Coran et la traduction en langue française de ses sens

" Nous sommes conscients du fait que la traduction des sens du Coran - Quelque soit sa minutie - est toujours en deçà des sens sublimes indiqués dans le texte original du miraculeux Livre d'Allah, et que les sens exprimés dans la traduction sont le reflet du niveau atteint par le traducteur dans la compréhension du noble Livre d'Allah, et, partant elle peut comporter des lapsus comme tout autre acte humain. Car nul n'est infaillible".

Extrait de la préface

 

Le Noble Coran et la traduction en langue française de ses sens

E- La prosternation.

Allah, soit-Il Exalté et Béni, dit :

« Et Nous savons certes que ta poitrine se serre, à cause de ce qu’ils disent. Glorifie donc Ton Seigneur par Sa louange et sois de ceux qui se prosternent ; et adore ton Seigneur jusqu’à ce que te vienne la certitude (la mort) » (Sourate 15. Al-Hijr: 97-99).

« Non ! Ne lui obéis pas; mais prosterne-toi et rapproche-toi» (Sourate 96. Al-Alaq (l’Adhérence) :19).

Outre ses vertus spirituelles, la prosternation a plusieurs avantages organiques. Elle est, en principe, l’un des remèdes efficaces pour le traitement des gênes thoraciques et de plusieurs autres maladies.

A ce sujet, l'Encyclopédie des Miracles Scientifiques dans le Coran et la Sunna, précise ce qui suit :

La perfusion sanguine cérébrale augmente lors de la prosternation. Les nombreuses prosternations sont considérées comme un exercice quotidien régulier des centres de contrôles et leurs productions. C’est ce qui favorise la stimulation de la circulation sanguine apportant au cerveau les nutriments et l’O2 nécessaire pour accomplir sa fonction.

« Tout au long du jour, l’être humain s’expose davantage aux charges électrostatiques [...] de la couverture atmosphérique, qui se centralisent au niveau du système nerveux central. Mais, faut-il se débarrasser de toutes ces charges qui seraient capables de nous entraîner certains ennuis et douleurs, tels que la céphalée [...], les courbatures et les douleurs cervicales. Cela dit, la prosternation nous met en contact direct avec la terre [...] le sol qui les dégrade et les absorbe [...] complètement. Dès lors, la pression électrostatique sur le cerveau diminue. Chose est sûre, les prosternés sont, grâce à Allah [...], protégés contre les troubles psychologiques et la schizophrénie » (*) Troubles qui constituent la majorité des cas de suicide dans le monde.

F- L’évocation d’Allah (Adhikr) lors et en dehors des prières.

Allah, soit-Il Exalté et Béni, dit :

« […] Ceux qui ont cru et dont les cœurs se tranquillisent à l’évocation d’Allah". N’est-ce point par l’évocation d’Allah que se tranquillisent les cœurs ?»(Sourate 13. Ar-Raad (Le tonnerre) : 28).

« "[…] Invoque beaucoup Ton Seigneur; et, glorifie-Le, en fin et en début de journée."» (Sourate 3. Al-Imran (La famille d’Imran : 41).

« Puis quand la Ṣalāt est achevée, dispersez-vous sur terre, et recherchez [quelque effet] de la grâce d’Allah, et invoquez beaucoup Allah afin que vous réussissiez » (Sourate 62. Al-Jumua. (Le vendredi) : 10).

« Et votre Seigneur dit :" Appelez-Moi, Je vous répondrai […]»(Sourate 40. Gafir (Le pardonneur) :60).

« N’est-ce pas Lui qui répond à l’angoissé quand il L’invoque, et qui enlève le mal[…] »(Sourate 27. An-Naml (les fourmis) :62).

« C’est à Allah qu’appartiennent les noms Les plus beaux. Invoquez-Le par ces noms […]» (Sourate :7. Al-Araf:180).

« S’il n’avait pas été parmi ceux qui glorifient Allah, il serait demeuré dans son ventre jusqu’au jour où l’on sera ressuscité »(Sourate 37. As-Saffat (Les rangés) :143-144).

« […] Puis il fit, dans les ténèbres, l’appel que voici :"Pas de divinité à part Toi ! Pureté à Toi ! J’ai été vraiment du nombre des injustes". Nous l’exauçâmes, et le sauvâmes son angoisse. Et c’est ainsi que Nous sauvons les croyants »(Sourate n° :21. Al- Anbiyaa (Les prophètes):87-88).

« Glorifie donc le nom de ton Seigneur, le Très Grand » (Sourate 56. Al-Waqia (L’événement):74).

« Ô mon peuple, implorez le pardon de votre Seigneur et repentez-vous à Lui pour qu’Il envoie sur vous du ciel des pluies abondantes et qu’Il ajoute force à votre force.» (Sourate 11. Hud :52).

Le Prophète (que la Paix et la Bénédiction d’Allah soient sur lui) dit à ses compagnons :

Quant à l’invocation exaucée, le Messager d’Allah (que la Paix et la Bénédiction d’Allah soient sur lui) dit, à titre d’exemple :

Et s’il dit ensuite :"Seigneur Dieu pardonne-moi ! Ou s’il invoque Dieu, ce dernier lui exaucera ses vœux. Enfin, s’il fait des ablutions puis accomplie une prière] Dieu[ la lui acceptera ». (*)

« Il n’y a pas un serviteur qui invoque Dieu en faveur de son frère sans que ce dernier le sache, sans que l’ange ne lui dise :" Et tu auras autant"». (*)

Il convient de rappeler à cet égard que les rappels prophétiques (implorations faites à chaque moment et notamment le matin et le soir) font partie des principaux piliers du traitement spirituel en Islam.

G- Les œuvres surérogatoires

Les bienfaits de se rapprocher d’Allah par les œuvres surérogatoires sont nombreux comme on peut s’en rendre compte à travers le récit suivant :

D’après Abou Hureïra (que Dieu l’agrée), le Messager de Dieu (que la Paix et la Bénédiction d’Allah soient sur lui) dit : Dieu à lui la Puissance et la Gloire a dit : « […] Il n’y a pas mieux que les obligations que J’ai prescrites pour que l’homme se rapproche de moi…

Mon serviteur persévère à se rapprocher de Moi par les œuvres surérogatoires jusqu'à ce que Je l’aime. Et lorsque Je l’aime, Je serais son ouïe avec laquelle il peut entendre, sa vue avec laquelle il peut voir, sa main avec laquelle il peut attraper, et son pied avec lequel il peut marcher.

S’il me demande quoi que ce soit, Je le lui donnerai, s’il me demande protection, Je la lui accorderai. Or, Je n’ai jamais "hésité" devant une chose comme J’"hésite" au moment où Je veux recueillir l’âme du croyant. Car il déteste la mort et Moi Je déteste de lui faire une chose qui lui est déplaisante». (*)

Pour ce qui est des prières nocturnes, Ibn Qayyim écrit ceci :

La célébration des prières nocturnes est le moyen le plus profitable pour protéger la santé, pour éviter beaucoup de maladies. Elle « est de plus, le meilleur moyen actif qui anime le cœur, l’esprit et le corps ; d’après ce qu’on lit dans les deux Sahihs ]Boukhari et Mouslim[, le Prophète ]que Dieu lui accorde Sa Grâce et Sa Paix] dit :"Si quelqu’un de vous s’endort, Satan noue trois nœuds sur sa nuque, inscrit sur chacun deux : ta nuit longue soit-elle !, endors-toi. S’il s’éveille et invoque Allah, un nœud se dénoue, quand il fait ses ablutions, le deuxième nœud se dénoue, et après la prière tous les nœuds se seront dénoués d’où il deviendra agile, doué de l’âme bonne ; sinon, il deviendra paresseux et sera doué d’âme mauvaise. (*)

H- L’aumône.

Le Messager d’Allah (que la Paix et la Bénédiction d’Allah soient sur lui) dit : « Soignez vos malades par l’aumône». (*)

I- Le bienfait aux gens.

Quoi qu’il en soit, le traitement des gênes thoraciques restera imparfait et inutile si la personne concernée ne se presse pas pour mettre fin aux causes personnelles qui menacent sa quiétude. Il s’agit obligatoirement, à titre d’exemple, de desserrer l’étreinte de la haine, de la rancune, de l’animosité, de la jalousie (*) , des penchants aux disputes et de l’amour ardent de l’injustice. Il est donc question de transcender ces qualités par les vertus morales qui ont été enseignées par le Prophète de la miséricorde Mohamed (que la Paix et la Bénédiction d’Allah soient sur lui) au genre humain et aux djinns, tels que la vertu du pardon, du bienfait et de la réconciliation envers les gens comme entre eux aussi.

Allah, à lui la Puissance et la Gloire, dit :

« Et ne semez pas la corruption sur la terre après qu’elle ait été réformée. Et invoquez-Le avec crainte et espoir, car la miséricorde d’Allah est proche des bienfaisants » (Sourate 7. Al-Araf:56).

« Et concourez au pardon de votre Seigneur, et à un Jardin (paradis) large comme les cieux et la terre, préparé pour les pieux, qui dépensent dans l’aisance et dans l’adversité, qui dominent leur rage et pardonnent à autrui - car Allah aime les bienfaisants - » ( Sourate 3. Al-Imran (La famille d’Imran : 133-134).

« Et dépensez dans le sentier d’Allah. Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction. Et faites le bien. Car Allah aime les bienfaisants» (Sourate 2. Al-Baqarah (La vache):195).

« Endure ! Ton endurance [ne viendra] qu’avec (l’aide) d’Allah. Ne t’afflige pas pour eux. Et ne soit pas angoissé à cause de leurs complots. Certes, Allah est avec ceux qui ]L’ [ont craint avec piété et ceux qui sont bienfaisants» (Sourate 16. An-Nahl (Les abeilles) :127-128).

« Et Nous avons enjoint à l’homme de bien traiter ses père et mère» (Sourate 29. Al-Ankabut (l’araignée) :8).

« Ils t’interrogent :" Qu’est-ce qu’on doit dépenser ?"Dis:" Ce que vous dépensez de bien devrait être pour les père et mère, les proches, les orphelins, les pauvres et les voyageurs indigents. Et tout ce que vous faites de bien, vraiment Allah le sait " » (Sourate 2. Al-Baqarah (La vache):215).

« Et Ton Seigneur a décrété :"N’adorez que Lui ; et (marquez) de la bonté envers les père et mère: si l’un d’eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi, alors ne leur dis point : "Fi !" et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses. Et par miséricorde, abaisse pour eux l’aile de l’humilité, et dis :" Ô mon Seigneur, fais-leur à tous deux, miséricorde comme ils m’ont élevé tout petit"» ( Sourate 17. Al-Israa (le voyage nocturne):23-24).

Pour ce qui est du bienfait aux parents, il serait opportun de s’arrêter un instant pour rappeler que l’ingratitude envers eux relève surement des causes qui déclenchent plusieurs troubles du genre auquel nous nous intéressons ici. Si la pensée « humanitaire » positiviste reconnaît à l’homme plusieurs droits elle a en revanche renié les plus importants d’entre eux. Il s’agit en fait des droits d’Allah et ceux des parents.

A cause de la mésentente familiale et l’ingratitude envers les parents, certaines personnes sont devenues allergiques à l’éducation des enfants, ce qui a créé un climat familial dominé par la phobie de l’ingratitude. Ceci est d’autant plus désolant que certains parents chérissent aujourd’hui « l’éducation » de leurs animaux domestiques (chiens, chats,…) au lieu de celle de leurs enfants et ce, dans l’espoir de compenser l’absence de reconnaissance de leur progéniture par la fidélité des animaux. Il en est même bien plus lorsque d’aucuns préfèrent léguer leur héritage à un chien ou à une chatte qu’à leurs propres enfants jugés désobéissants.

C’est pour cela que certains mass media mettent l’accent sur les droits de la femme (santé, beauté, etc.) tandis qu’ils détournent les yeux sur les droits des parents âgés (vieillesse, faiblesse, etc.). De même, ils exagèrent leur approche des droits d’animaux alors qu’ils passent pour ignorer ceux de leurs ascendants !!

Après avoir ressenti les effets nocifs de l’ingratitude envers les parents sur la santé psychique, mentale et physiologique et par conséquent sur la santé publique, on a inventé « un tranquillisant » (qui a plusieurs effets secondaires) que les mères et les pères célèbrent une fois par an. Il s’agit des fêtes des mères et des pères. Ainsi, ces deux fêtes sont-elles devenues pour la presse des synonymes à des souvenirs douloureux de l’ingratitude envers les parents.

S’agissant de la magnanimité envers les gens, le Prophète Mohammed (que la Paix et la Bénédiction d’Allah soient sur lui) dit ceci :

Ainsi, le Messager d’Allah (que la Paix et la Bénédiction d’Allah soient sur lui) invite-t-il, à travers ces Hadiths authentiques, toute l’humanité à fermer les portails du mal qui ressert les cœurs et ouvrir ceux du bien qui les réjouit.