La thèse de la maladie chronique

Lorsque nous parlons des maladies « chroniques », il importe de distinguer entre deux écoles médicales contradictoires : une école optimiste soutenant l’idée de la curabilité des maladies « chroniques » et une autre qui lui est opposée, défendant plutôt la thèse des maladies incurables.

Il convient de rappeler à cet égard que la thèse de « la maladie chronique » n’a aucun fondement scientifique. Elle se contredit de ce fait avec les méthodes de la recherche scientifique elle-même. Comment alors prétendre que la chronicité des maladies a-t-elle été prouvée par l’expérience, sachant que la méthode scientifique expérimentale repose essentiellement sur l’observation, l’hypothèse et l’expérimentation ? Il est à rappeler dans ce sens que de nombreuses maladies qualifiées jadis de chroniques ne le sont plus aujourd’hui avec la découverte de leurs remèdes adéquats. (*)

Il convient de rappeler également que certains chercheurs ont distingué entre la médecine organique et celle spirituelle de tradition prophétique : ils ont bien assimilé la première, alors qu’ils ont exercé une sorte de désinformation sur la seconde. Cette opération sélective explique très bien l’acuité de la souffrance de millions de patients dans le monde et l’abondance des maladies qualifiées de chroniques dont le nombre atteint aujourd’hui environ 150 maladies. D’autres chercheurs, souffrant eux-mêmes, ont, en revanche, valorisé les effets combinés de ces deux médecines sur le resserrement de leurs cœurs tout comme sur les raisons qui leur faisaient perdre le sommeil et accentuaient leur malaise.

Allah Exalté soit-Il dit :

« Et si Allah fait qu’un malheur te touche, nul autre que Lui ne peut l’enlever»(Sourate 6. Al-Anam (les bestiaux):17).

« Et Job, quand il implora son Seigneur :"Le mal m’a touché. Mais Toi, Tu es le plus Miséricordieux des miséricordieux (*) " ! Nous l’exauçâmes, enlevâmes le mal qu’il avait, lui rendîmes les siens et autant qu’eux avec eux, par miséricorde de Notre part et en tant que rappel aux adorateurs »(Sourate 21. Al-Anbiyaa (les prophètes): 83-84).

N’est-il pas en fait notre Prophète de la miséricorde (que la Paix et la Bénédiction d’Allah soient sur lui) qui nous annonce ceci :

« Dieu n'a pas fait descendre (sur terre) une maladie, sans avoir en même temps fait descendre son remède » (*) ;

« Pour toute maladie, il y a un remède. Lorsque le remède est juste suivi, la maladie sera dissipée et le malade guérira »? (*)

Ces versets et Hadiths ne font que renforcer l’âme du malade pour l’inciter à rechercher le remède approprié; car, si le patient sent que sa maladie a un remède, son cœur s’attachera à l’espoir. (*)

Quant au problème de fond qu’affronte de nos jours la médecine moderne, les avis des spécialistes vont dans le sens qu’indique le Docteur Abderrahman FILALI BABA quand il dit (*) :

Cette médecine se limite à soigner les symptômes dans la plupart des cas, au lieu d’expliquer les causes des maladies. C’est pour cela qu’il convient de :