Traitement Naturel Préventif de l’Asthme Allergique (Allergie aux acariens)

Élaboré par: Abdelkrim IDRISSI (Date de la dernière révision :27 juin 2012)

photo acarien
Acarien de la poussière de maison
(Dermatophagoïdes ptéronyssinus)


Les maladies chroniques sont en grande partie évitables. Au-delà du traitement médical nécessaire à appliquer à ceux qui sont déjà touchés, l’approche de la prévention précoce en tant qu’outil de santé publique est considérée comme la méthode la plus efficace, la plus convenable et la plus cohérente pour faire face à l’épidémie des maladies chroniques. L’adoption d’une approche fondée sur les facteurs de risque courants pour la prévention est, selon le Rapport d'experts sur le " Régime alimentaire et la prévention des maladies chroniques" (Genève, 2003), un passage obligé vers l'élaboration d’une politique intégrée de la santé.

Il convient de rappeler que les aliments utilisés dans le traitement naturel doivent provenir de lieux de récoltes qui n'ont jamais été pollués de produits chimiques dangereux: engrais industriels, insecticides, pesticides, herbicides, émanations d'usines, etc.

I- Acariens de la poussière de maison

Les acariens appartiennent à la classe des arachnides. Ces êtres microscopiques peuvent facilement pénétrer dans les alvéoles pulmonaires. Leur présence ne signifie pas nécessairement que le logement est mal entretenu.

Leur cycle de reproduction se situe en automne et il est d'environ de 2 à 3 mois. Les acariens se reproduisent rapidement lorsqu'ils trouvent des conditions favorables (taux d'humidité de l’air dépassant 64%, température située entre 20 et 30°C…), le climat sec et froid est donc peu favorable à leur développement, ce qui explique leur rareté au dessus de 1.600 m d’altitude. Un climat trop sec n'est pas toujours favorable aux asthmatiques.

Les acariens se multiplient dans les appartements chauffés bien fermés ou mal aérés. La température idéale dans la chambre varie entre 18 et 19°C. Un taux d’humidité inférieure à 45% freine considérablement le développement des acariens.

Pour ce qui est du lavage en machine, la température recommandée pour la destruction des acariens varie entre 58 et 60°C.

En plaine, deux principales catégories dominent : les dermatophagoïdes farinae et les dermatophagoïdes ptéronyssinus. Les acariens se nourrissent de squames humaines et animales. On les retrouve principalement dans les matelas, les couvertures, les draps, les oreillers, les tapis (surtout en laine), les moquettes, les rideaux, les canapés, les peluches, les étagères, les fourrures et la peau de mouton.

Il n’est pas donc surprenant que beaucoup de crises d’asthme dues aux acariens surviennent pendant la nuit lors du contact intensif et prolongé avec ces êtres vivants.

Les acariens sont l'une des causes les plus courantes des signes allergiques dans le monde. Il s’agit principalement de l’asthme, de la toux, de la rhinite et de la conjonctivite. La réaction allergique peut être immédiate lors du contact, mais elle est souvent retardée de quelques heures après le dernier contact.

1/2 gramme de poussière contiendrait de 1000 à 5 000 acariens. Un taux de 5 à 10 mg d’acariens par gramme de poussière déclencherait une crise d'asthme chez la personne allergique.

II- Traitement par les aliments

Il est conseillé de prendre :

- Du miel :

Composition du miel

Une analyse de l'École Nationale Supérieure des Industries Agricoles et Alimentaires (Massy/1996) a démontré que le miel (analysé) comprend plus de 100 matières indispensables pour l’équilibre du corps humain, sachant qu’environ 3% de sa composition reste encore inconnu. Parmi les composés identifiés:

photo miel

Il convient de rappeler, à cet égard, que la dose journalière varie selon l’âge, le poids et l'effort fourni, sachant que les besoins en glucides sont, selon "Le Larousse Médical/2009" "d'environ 5 grammes par kilogramme de poids et par jour et doivent représenter de 50 à 55% de la ration calorique quotidienne".

Une consommation régulière du miel doit être accompagnée d'un contrôle attentif de la consommation générale des glucides. Il convient de rappeler également que les carences minérales et vitaminiques sont responsables de plusieurs affections qui varient selon la matière en cause.

Les cas particuliers et le nombre de maladies étant trop nombreux pour être couverts par une réponse générale, l’asthmatique doit consulter des spécialistes pour s’assurer que le miel et sa posologie n'ont aucune répercussion négative sur son asthme ou sur les autres maladies dont il serait atteint.

Bienfaits du miel

A la lumière des recherches et des expériences récentes, il ressort aujourd’hui que le miel offre incontestablement de nombreux avantages nutritifs et énergétiques: sa consommation quotidienne améliore considérablement la résistance au stress, à la fatigue physique et intellectuelle, facilite l’assimilation et la digestion des aliments et pallie aux carences minérales et vitaminiques de l’alimentation.

Le miel cru est un anti-inflammatoire, un antifongique et un antibiotique naturel. Sa teneur en substances antibactériennes le rend approprié pour plusieurs affections (Laryngites, toux, maladies des sphères intestinales et rénales, etc ).

L’expérience a confirmé également que le miel est un stérilisateur et que les microbes ne peuvent pas y vivre longtemps, à cause de son degré de concentration.

NB :

  • Les meilleurs miels pour l'asthmatique sont, sans doute, le miel d’Euphorbia resinifera (daghmous), de thym, de serpolet ou d’eucalyptus qui n'ont pas été stérilisés.
  • Le meilleur miel pour la personne qui souffre, à la fois, d’asthme et de diabète est sans doute le miel d’Euphorbia resinifera.
  • Le miel doit être conforme aux normes de qualités…
  • Avant consommation, il est conseillé d’homogénéiser le miel, car au repos, il se divise en couches de densité différentes…
  • Éviter d’édulcorer, par du miel, les plats ou les "boissons" (édulcorables) tant qu’ils ne sont pas tièdes (15-20°C).

    Programme quotidien du miel (Ne pas dépasser les doses maximales conseillées):

    • Au réveil (à jeun) : un verre d'eau tiède (15-20°C) édulcoré avec du miel (À défaut d'eau minérale, utilisez de l'eau bouillie);
    • Au petit déjeuner: un verre tiède de menthe édulcoré avec du miel;
    • À 10 h 00 : un verre d'eau tiède… édulcoré avec du miel;
    • Avant le déjeuner : un verre d'eau tiède ou un jus d'orange et carottes édulcoré avec du miel;
    • À 16 h 00: un verre d'eau tiède ou un verre tiède de menthe édulcoré avec du miel;
    • Avant le dîner : un verre d'eau tiède édulcoré avec du miel;
    • Au dîner : un plat tiède de semoule ou de riz… édulcoré avec du miel ;
    • Avant le sommeil : une tasse tiède de verveine édulcorée avec du miel.

    - De la graine noire (Nigella sativa) :


    La graine noire (Nigella sativa)

    Lequel des deux est plus bénéfique et plus sûr pour la santé, la graine noire ou son huile?

    Contrairement à l'idée courante, le Professeur Mohamed FAID, Enseignant à l'Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II (Rabat), confirma récemment que l'huile de nigelle ne contient pas tous les composés chimiques que contient la graine noire. L'utilisation de cette huile ne remplace nullement celle des graines entières. De plus, les matières extraites de ces graines, telles que les huiles, ne conviendrait pas pour le traitement naturel... Les fibres ligneuses qui représentent le un tiers des substances actives des graines, les matières antioxydantes, les alcaloïdes et les sels minéraux …sont, à titre d'exemple, les composés chimiques les plus importants, précise-t-il.

    L'expérience démontre clairement que le résultat de l'utilisation de la plante toute entière dépasse nettement celui de son huile essentielle, ajoute-t-il. Les constituants non lipidiques, qui sont plus importants que l'huile, ne sont pas extraits avec celle-ci. C'est pour cela que le Professeur Faid déconseille le remplacement de la gaine noire par son huile.

    Une Énorme erreur et une appréciable mise en garde

    Le Professeur FAID affirme l'existence d'une forte concentration en acides dans l'huile de nigelle. Ces composés toxiques pour les cellules du côlon, auraient un mauvais effet sur les hémorroïdes et favoriseraient des lésions au niveau du rectum. Le remplacement de la graine noire par son huile est donc une énorme erreur.

    Composition de la graine noire

    Une centaine de composés de la graine noire ont été isolés. Les matières grasses représentent environ 38 % de cette graine. Parmi les composés identifiés:

    • Alcaloïdes ( nigellimine, nigellimine-N-oxyde, nigellidine, nigellicine,...),
    • Minéraux (potassium, phosphore, sodium, fer, zinc, calcium, magnésium, manganèse, cuivre,…),
    • Glucides (glucose, xylose, rhamnose, arabinose, etc),
    • Huiles (Thymoquinone, p-cymène, α-pinene, carvacrol, carvone, etc),
    • Acides aminés (lysine, methionine, acide glutamique, isoleucine, cystéine, alanine, phenylalanine , tryptophan, arginine, tyrosine, asparagine, etc),
    • Vitamines (thiamine (B1), riboflavine (B2), pyridoxine (B6), niacine (B3), acide ascorbique (C), acide folique (B9), etc),
    • Stérols (Beta-cytostérol, alpha-spinasterol, stigmastérol, etc,).

    Tenant compte des différentes interactions, on ne peut citer un composé sans citer les autres. La combinaison de la graine noire représente un tout indivisible. Il n'y a pas donc, selon le Professeur Faid, de composés majeurs et de composés secondaires.

    Bienfaits de la graine noire

    Il n'est pas facile de dénombrer tous les bienfaits de la graine noire, mais on peut mentionner, à titre d'exemple, ce qui suit:

    • Fortification et réparation du système immunitaire,
    • Stimulation de l'appareil circulatoire, digestif et respiratoire,
    • Régulation respiratoire et hormonale,
    • Lutte contre les allergènes,
    • Stimulation de l'appareil génital chez la femme et l'homme,
    • Régulation de la prolactine, hormone provoquant la douleur qui précède le cycle menstruel et la sensation de picotement des seins pendant cette période,
    • Soulagement de la douleur,
    • Aide à surmonter l'insomnie, etc.

    Est-il conseillé de prendre de la graine noire avant ou après l'atteinte de la maladie?

    Contrairement à certains chercheurs, la graine noire, selon le Professeur Faid, doit être insérée dans le régime alimentaire avant toute atteinte de la maladie. Elle doit être prise quotidiennement par tout le monde et en particulier les enfants.

    Mode d'utilisation

    La graine noire peut être ajoutée à la pâte à pain comme elle peut être prise avec du thé ou autre. On doit consulter un spécialiste pour qu'il nous précise la dose journalière qui varierait d'une personne à l'autre...

    - D’autres aliments préventifs et anti-asthme

    Il s’agit essentiellement (selon l'ordre alphabétique) de:

    • Ail
    • Artichaut
    • Banane
    • Camomille
    • Cannelle
    • Chou
    • Cognassier
    • Cresson
    • Cumin
    • Dattes
    • Eucalyptus
    • Fenouil
    • Fève
    • Figue
    • Figues séchées
    • Gingembre
    • Huile d'olive
    • Lavande
    • Lentilles
    • Lin (graines de lin)
    • Menthe
    • Navet
    • Oignon
    • Orange
    • Orge
    • Poisson
    • Pomme
    • Prune
    • Radis
    • Raisin
    • Raisins secs
    • Serpolet
    • Sésame
    • Thym
    • Verveine, etc (sans dépasser les doses diététiques).

    III- Traitement sportif

    Loin d'être contre indiqué chez l'asthmatique, le sport, selon le Docteur C.H LARAQUI (Pneumologue et Allergologue), est tout à fait recommandé. "Il l'aidera à maîtriser son asthme, développer puis conserver une bonne fonction respiratoire".

    " Le meilleur sport proposé à l'asthmatique reste la natation en piscine. C'est le sport le moins asthmogène. Elle permet de respirer un air chaud et humide prévenant le bronchospasme; de développer la cage thoracique et le souffle", précise-t-il.

    Chez l'enfant asthmatique, un sport adapté est très bénéfique non seulement sur le plan "organique" mais aussi psychologique puisqu'il lui permet de s'intégrer aux autres enfants, de ne plus se tenir à l'écart ni se sentir handicapé, ajoute-t-il.

    IV- Traitement par la hijama: la saignée par ventouses (par un praticien qualifié)

    Les recherches scientifiques et les témoignages des patients confirment l'effet positif de la saignée par ventouses (cupping therapy) sur les cas d'asthme.

    Autres Conseils Préventifs

    1. Le traitement naturel doit être respecté soigneusement sous contrôle spécialisé.
    2. Au début, ce traitement doit être respecté en parallèle avec un traitement médical spécialisé.
    3. Il est strictement interdit d’arrêter le traitement médical sans l’avis du médecin ou des médecins traitants. La raison est d’écarter tout danger pouvant résulter d’une crise d’asthme subite, en attendant que l’organisme du patient acquière progressivement une réelle immunité et autonomie vis-à-vis des médicaments.
    4. À défaut d'eau minérale, utilisez de l'eau bouillie.
    5. Éviter l’effort physique continu.
    6. Adopter un mode de vie anti-stress!
    7. Se relaxer sur le côté droit à la mi-journée (sieste).
    8. Apprendre à se maîtriser: Lors de la crise, l'asthmatique est angoissé. On connaît l'impact des facteurs psychiques dans le déclenchement des crises d'asthme. Le sujet entre dans un cercle vicieux (angoisse-crise-angoisse). Il convient donc que le sujet sache dominer son angoisse pour ne pas être dépassé par la crise.
    9. Éviter la colère, le souci ou la tristesse qui pourraient déclencher ou amplifier des crises d’asthme très graves.
    10. Éviter les repas et les boissons froids y compris l’eau froide du robinet.
    11. Se laver le visage… avec de l’eau tiède en cas de rhinite allergique ou d’allergie au froid.
    12. Éviter la natation ou la baignade dans les eaux froides.
    13. Éviter la moquette et les tapis...
    14. Supprimer la poussière avec un aspirateur adéquat.
    15. Éviter les vins, la fumée de cigarettes, les mauvaises et fortes odeurs, les odeurs de cuisines et de fritures, les insecticides et les sources de pollution en général comme le monoxyde de carbone.
    16. Éviter certains médicaments:
      • les médicaments allergisants tels que les céphalosporines, les pénicillines, les anesthésiques généraux, etc… (sauf en cas de nécessité impérieuse),
      • les somnifères et les calmants qui dépriment le centre respiratoire,
      • les bêtabloquants utilisés pour lutter contre l'hypertension, etc.
    17. Éviter les aliments et animaux (animaux domestiques, allergie au cheval, allergie aux bovins, allergie au cheval, allergie aux oiseaux, allergie aux animaux de laboratoire, etc ) pouvant déclencher une allergie ou une crise d’asthme. Contrairement à l'idée courante, les allergènes des animaux en général de nature protéique, ne se trouve pas dans les poils, selon le Docteur C.H. LARAQUI, mais dans la salive (chat, chien, cheval…), les urines (animaux de laboratoire, chien), le sérum (chat, chien, cheval) et enfin les glandes sébacées et sudoripares de la peau (chat). Ce n'est donc pas le poil du chat qui est allergisant mais la salive que celui-ci y dépose en se léchant.
    18. Éviter les conservateurs du groupe des sulfites ( E 220: sulphur dioxyde, E221: Sodium sulphite, E222: Sodium hydrogen sulphite, E223: Sodium metabisulphite, E224: Potassium metasulphite, E 225: Potassium sulphite, E226: Calcium sulphite, E227: Calcium bisulphite, E228: Potassium hydrogen sulphite), sachant que d’autres conservateurs sont susceptibles de déclencher des crises d’asthme (E 210: Benzoic Acid, E211: Sodium-Benzoate, E212: Potassium Benzoate, E 213: Calcium Benzoate ).Le Docteur C.H. LARAQUI confirme, à cet égard, que l'asthme peut être dû aussi à des additifs alimentaires(colorants, conservateurs, édulcorants).
    19. Éviter l’utilisation personnelle du fer à repasser.
    20. Éviter les appareils de chauffage nuisibles à la santé.
    21. Habiter loin des sources de pollution marine, fluviale et industrielle… .
    22. Aérer la maison(…) en toute saison tout en évitant le courant d’air.
    23. Aérez la maison après avoir passer l'aspirateur.
    24. Nettoyer quotidiennement le sol de la maison(…) avec un détergent ménager, sachant que certains détergents peuvent aggraver les symptômes allergiques.
    25. Le ménage est à faire en l'absence de la personne allergique.
    26. Utiliser une couverture "anti-poussière".
    27. Éviter les matelas, les couvertures, les draps, les oreillers, les habits les couvre-chefs, les cache-cols,… à base de matières allergisantes.
    28. Exposer quotidiennement la literie au soleil et y exposer le lit une fois par semaine.
    29. Dormir dans la chambre la moins humide et la plus proche des rayons solaires.
    30. Bien se couvrir la tête dans les climats très froids.
    31. Il est strictement interdit de sortir pendant les vagues de poussière et les tempêtes de sable.

      Tempête de poussière
      Source: www.almisnid.com

    32. Éviter la poussière soulevée par les véhicules et les vents sur les voies non goudronnées.
    33. Éviter la marche ou le sport dans les espaces poussiéreux.
    34. Éviter de travailler dans un milieu poussiéreux en contact avec des archives.
    35. Éviter les métiers qui mettraient la personne allergique en contact avec des substances irritantes.
    36. Prendre soin de l'hygiène buccodentaire: les infections dentaires peuvent déclencher ou aggraver un asthme.